La presqu'île de Giens
Un site exceptionnel

La presqu'île de Giens est un site exceptionnel à plus d'un titre.
Sa situation géographique entre le golfe de Gênes et le golfe du Lion, dans la partie la plus au sud de la France a été très tôt considérée comme une position stratégique sur les routes maritimes de Méditerranée.
Giens est vraiment une "presque île".

La presqu'île est rattachée au continent par le très rare double tombolo. Les doubles tombolos se comptent sur les doigts d'une main, autour de la planète.
Il s'agit de deux langues de sable et de gravier longues de 4 km qui relient Giens au continent en enserrant une lagune de 540 hectares : les anciens salins des Pesquiers.
Le village de Giens occupe un des sommets de la presqu'île à une centaine de mètres d'altitude. Le village est dominé par les ruines du château des Pontéves où une table d'orientation permet de saisir la spécificité de ce territoire entre terre et mer.. L'église de Giens a été entièrement restaurée grâce aux habitants de la presqu'île qui ont su, en quelques années regrouper les sommes nécessaires. L'intérieur, peint par un artiste local, mérite une visite. Saint Pierre est à la fois le protecteur du village et le patron des pêcheurs.

La vieille rue a gardé son cachet. Les artistes peintres et un atelier de poterie font vivre ce minuscule passage abrité des vents et des ardeurs du soleil d'été.
La presqu'île de Giens est classée depuis décembre 2005, après 10 ans de tergiversations des différentes administrations.
En 2011, une Opération Grand Site (OGS), demandée par l'Etat, se concrétise avec la municipalité actuelle.

Il s'agit comme dans les 47 Grands Sites de France de concilier un tourisme de qualité, un développement économique avec la protection et la mise en valeur du site exceptionnel de la presqu'ïle de Giens.
Ces pages vous permettront de mieux connaître les richesses de ce site trop souvent ignorées par les visiteurs qui n'en connaissent que le climat ensoleillé et les plages.

Le tombolo ouest vu du château avec en premier plan les étangs des "Estagniers" qui ont servi, dès l'antiquité à produire du sel. La plage de 4 km résiste avec beaucoup de difficultés aux coups de mistral de plus en plus violents. Cette vue montre la lagune entre les deux tombolos. La partie nord est composée des partènements de l'ancienne activité salinière arrêtée en 1995 par manque de rentabilité, comme on dit.

La lagune a toujours abrité de très nombreuses colonies d'oiseaux de mer. Depuis l'arrêt de l'exploitation, les saulniers font circuler l'eau de façon à jouer sur les taux de salinité. 250 espèces d'oiseaux apprécient ce travail pour le plus grand plaisir des habitants et des visiteurs.

Les flamants roses sont les plus nombreux et les plus photogéniques.
Le climat de Giens est plus doux que celui de la Camargue. Le mistral souffle moins fort et un peu moins souvent. Nombreux sont les jeunes qui passent l'hiver à Giens. Si l'espace est trop restreint pour que les flamants se reproduisent, il n'y a pas assez de nourriture, la presqu'île est une très belle étape sur la route des migrations.
Les salins des Pesquiers sont classés internationalement comme étant une zone essentielle pour la protection des oiseaux.
Toulon Provence Méditerranée gère le site avec la ville, le Parc National de Port Cros et le Conservatoire du Littoral qui est propriétaire du site. La Partègue demande à être plus étroitement associée au projet de valorisation culturelle des salins.

La légende des îles d'or
Les 4 filles du Prince Olbianus, seigneur respecté, étaient des nageuses exceptionnelles. Leur incomparable beauté faisait la fierté de leur père. Un jour, alors qu'elles se baignaient au large du rivage, des voiles de pirates apparurent à l'horizon.
Leur père, conscient du danger, les supplia de revenir au plus tôt vers la côte, mais les malheureuses étaient trop éloignées. Désespéré, le père adressa une supplique aux dieux, leur demandant d'éviter le rapt de ses filles. Le ciel entendit ses plaintes : alors qu'elles allaient être empoignées, les quatre filles du prince Olbianus sentirent leurs membres se raidir, puis se figer.
Elles furent changées en îles : les trois princesses les plus éloignées formèrent les îles d'Or, tandis que la plus près du rivage, tendant déjà vers lui ses bras éplorés, devint la Presqu'île de Giens. On dit que ces îles ont conservé l'époustouflante beauté des princesses
.

Suite - Presqu'île de Giens - Page d'Accueil