Les anciens salins des Pesquiers

La lagune des Pesquiers dont le nom est directement associé à la pêche était, à l'origine, une pêcherie avec un règlement institutionnalisé dès 1348. Cette activité s'est poursuivie après la transformation de la lagune en salines en 1848.

Sa gestion n’a jamais été simple car le statut de cet espace semi-public et semi-privé a toujours posé problème : les habitants tenant aux droits acquis leur donnant la jouissance de l’étang et donc le droit de pêche. 
Le fermier, les pêcheurs professionnels, les habitants mais aussi les nombreux marins débarqués à Toulon entre deux conflits armés et sans travail, tout ce monde venait pêcher aux filets, en bateaux, mais aussi à la main et aux anguilles sans oublier les bordigues. Les conflits entre tous ces usagers et l’Administration se multiplièrent. Les archives de la ville conservent les traces de ces désaccords parfois très violents.
En 1792, les pêcheurs excédés s’adressent aux autorités.
Ambiance.
Dès que l'on franchit l'entrée de l'ancienne exploitation salinière, nous sommes confrontés à un paysage unique, résultant de l'action de l'homme sur la nature. Les ouvrages nécessaires à la production de sel utilisent très largement le bois. Cet espace quadrillé, véritable friche industrielle, est d'une grande beauté. Le calme de cette propriété de 540 hectares entre terre et mer, entièrement plate, place le visiteur dans un autre monde.
La vue porte loin, l'eau de mer est partout contrôlée, guidée par des installations aussi simples qu'efficaces. Elle parcourait des kilomètres exposée aux vents et au soleil qui la pompaient jusqu'à ce qu'elle soit saturée en sel. Sur ce sol gorgé de sel, une végétation rase et bien spécifique se développe sur les berges qui abritent une faune tout aussi riche et variée.

Les partènements frangés d'écume de sel composent un immense damier dont les cases ont perdu leurs couleurs allant du bleu au rose foncé selon la concentration en sel.

Ces changements de couleurs du salin nous manquent. Ils scandaient l'année et nous offraient un magnifique spectacle sur la route qui nous menait à Hyères.

Suite - Presqu'île de Giens - Page d'Accueil