Le patrimoine flottant de la presqu'île : le Raîs de Mandrago
Bateau d'Intérêt Patrimonial (BIP)

Le carénage est terminé. Nous quittons le Niel pour faire le tour de la presqu'île. C'est notre récompense. En effet, notre route longe la côte sauvage de la presqu'île. Calanques et falaises se succèdent, c'est splendide. Le Raïs retrouve sa place à côté du Liberté. On voit bien les falques peintes en noir pour la première fois. Nous sommes très contents de ce choix pour un bateau de travail.
Cette carte postale montre un mourre de pouar aux Salins. Le Raïs de Mandrago est la réplique d'un mourre de pouar, bateau emblématique de la Provence. Utilisé à la pêche, il n'a pas survécu à la motorisation des bateaux car sa carène très bien adaptée à la propulsion à voiles, tape énormément dans le clapot quand le mourre utilise un moteur. Un magnifique mourre de pouar dans le travers de la Tour Fondue à Giens. On voit bien les falques noires au dessus du pavois. A la proue, on distingue le petit appendice, reste du massif et lointain éperon des galères. La faible profondeur nous oblige à imaginer un système de relevage du safran qui plonge sous la quille de plus de 60cm. Nous n'avons rien inventé, le système est bien visible sur cette photo
Le Raïs de Mandrago fait partie des grands mourre de pouar. Il est la réplique d'un mourre de pouar utilisé comme pilotine dans le port de Marseille. On voit, sur ce tableau, le moure de pouar qui vient servir un grand voilier. Joseph Conrad, dont nous vous reparlerons dans "les patrimoines de la presqu'île" s'est initié à la manoeuvre des bateaux à voile sur ce type de bateaux avec les pilotes de Marseille. Les pilotes de Marseille avaient choisi le mourre de pouar pour ses performances sous voiles et ses qualités manoeuvrières.
Il fallait sortir par tous les temps. Ici, le mourre navigue à bido, à mauvaise main : on voit la voile qui s'appuie sur le mât. Il s'agit d'une voile de gros temps, beaucoup plus petite que celle représentée sur le tableau précédent.
Le Raïs de Mandrago est le seul mourre de pouar de la région.
La Partègue l'a sauvé de la destruction alors même qu'il était encore en chantier. C'est, pour nous, un énorme travail supplémentaire, mais nous ne pouvions pas envisager la perte de ce bateau exceptionnel pour le patrimoine maritime méditerranéen en général et de la presqu'île en particulier.

Le Raïs de Mandrago a obtenu le label officiel décerné par la Fondation du Patrimoine Maritime et Fluvial en 2007.

La Partègue a actualisé son dossier en montrant les travaux effecués pour obtenir le label pour les 5 années à venir. C'est chose faite. Le Raïs de Mandrago est inscrit au journal officel comme faisant partie des 500 bateaux du patrimoine maritime français.

Précédent - Patrimoine flottant - Page d'Accueil